ACTUALITÉS

 lundi 6 mai 2019 



Appel à projets pour Travaux de dépollution pour la reconversion de friches urbaines polluées clos
Fin décembre 2019 : annonce officielle des lauréats https://appelsaprojets.ademe.fr/aap/FRICHES2019-9  

 mardi 19 novembre 2019 



Nouvel appel à projets "travaux de dépollution pour la reconversion des friches"
Il est accessible ici : https://appelsaprojets.ademe.fr/aap/FRICHES2020-4. Dépôt de dossier jusqu’au 2 avril 2020. Vous pouvez largement le diffuser auprès de vos partenaires et dans vos réseaux.

Sont concernés, tous les opérateurs publics et privés (collectivités, aménageurs…) qui développent un projet de reconversion de friches pour la création de logements, d’activités économiques et d’équipements publics (usages dits "classiques"). Mais également les porteurs de projets visant des usages "alternatifs" (aux usages classiques précités). Ces usages « alternatifs », qui peuvent avoir une portée plus large que la sphère urbaine, correspondent à des enjeux de natures différentes (mais pouvant être combinés), en particulier la production d’énergie renouvelable (ex : centrale photovoltaïque au sol), la production de matériaux biosourcés, la lutte contre les ilots de chaleur urbains, la restauration ou amélioration de la biodiversité, la création ou restauration de corridors écologiques (dans le cadre de trames vertes et bleues par exemple, l’aménagement de parcs urbains, l’aménagement de jardins récréatifs / partagés (contribution à l’agriculture urbaine). La majorité des usages du foncier « alternatifs » permettant de répondre aux enjeux listés ci-dessus se baseront sur des actions de « renaturation ». Ils peuvent recourir sur des techniques émergentes ou encore peu répandues, telles que la désimperméabilisation, la reconstruction de sols et/ou le phytomanagement des pollutions. L’importance de ces projets de reconversion des friches pour lutter contre l’artificialisation a été soulignée lors de la communication de la ministre de la Transition Ecologique et Solidaire suite au Conseil de Défense Ecologique du 7 novembre 2019.